Apprendre l’apiculture en ligne avec Cyril Thys

Avoir des abeilles est un acte militant pour le maintien d’une agriculture durable la diversité des paysages et des écosystèmes, les abeilles sont fragilisées (maladies, produits phytos).

C’est même écologique, car en surcroît je peux utiliser certains produits de la ruche (la cire, la propolis…) ce qui m’évite de les acheter.

Au rucher - Apprendre l'apiculture en ligneEn revanche, jamais je ne consomme de miel liquide provenant de la CEE ou des Etats-Unis. L’apiculture est une profession qui se bat en ce moment même pour que les pouvoirs en place sauvent les abeilles qui sont en net déclin.

À ce jour, 3 projets de mes ont vu le jour et fonctionnent. L’association « Au rucher » s’engage sur le suivi des colonies et, sur l’organisation d’animations à destination des scolaires ou du grand public, récolte, extraction, ouvertures des ruches, etc.).

Nous avons effectué les premières récoltes de miel de ces ruchers dès l’été 2010.

Les élèves peuvent suivre les différents « rôles » tenus par les abeilles dans la ruche, de même que les différentes étapes de la fabrication du miel, et apprennent à reconnaître les abeilles qui vivent autour d’eux et, apprendre les conditions favorables à leur développement.

J’ai ainsi posé quelques ruches judicieusement implanté dans le département de l’Essonne sur des communes ou la pollinisation a été largement affaiblie du fait:

  • De l’utilisation de pesticide, herbicide.
  • L’arrêt des apiculteurs suite à la retraite qui n’ont pas été remplacé.
  • De l’apparition du varroa en France en 1982 et surtout des traitements chimiques contre ce dernier. Maintenant « le Frelon asiatique » et bien évidemment, les OGM.

Amoureux de la planète, et de sa diversité, j’ai, dès les années 90 chercher un moyen de faire rentrer la nature dans mon habitat.

Ainsi, dans le respect de l’équilibre naturel de chacun, j’ai réunis à l’intérieur de chacune de mes sculptures-laboratoires, la faune et la flore telle que l’on peut les découvrir dans la nature.

Au bout de plusieurs années de recherches et d’améliorations et, en orientant mon activité vers le secteur de l’entomologie. Je suis présent dès 1998 sur le salon « Animal expo ».

En 1999 au parc floral de Vincennes, en Printemps 2000 à l’Expositions Régionales consacrées à la vivariophilie et à l’entomologie à Ozoir la ferrière, à Juvisy sur Orges ainsi qu’à La Baujoire à Nantes. En 2000 lors de la Foire de Paris.

terrariumEn alliant nature et habitat aux besoins vitaux des animaux et des plantes j’ai ainsi recréé des espaces naturel végétalisé.

En 2002 Création du site « docteur hydro.com »

Création de murs végétaux autonome

 

En 2004 mon intérêt pour la vie des insectes et leurs manières de se défendre contre les traitements fulgurant m’a lancé dans l’aventure Apicole.

Création de l’association, Au rucher.

Convention signé avec la ville de Rungis en échange d’une partie de la production, pour permettre notamment chez les enfants de favoriser leurs connaissances de l’abeille.

Convention signée avec l’ONF et attribution de plusieurs parcelles dans la forêt domaniale de Sénart.

Cyril Thys

2015

Comment réaliser de la pâte protéinée?

Pourquoi réaliser de la pâte protéinée

La pâte protéinée est une pâte qui est constituée essentiellement de pollen et de levure de bière. Ces deux éléments sont riches en protéines.

L’apport de cette pâte apportera à vos colonies une aide primordiale dans l’amélioration de l’état de santé et l’augmentation du couvain.

Dans quels cas utiliser de la pâte protéinée ?

1. Démarrage des colonies :

En début de saison, la pâte protéinée aidera les colonies à se développer sainement et rapidement. Vous pourrez alors réaliser vos essaims sans souci de pénurie pour la colonie. De plus l’augmentation du couvain est si importante que vous gagnerez environ une dizaine de jours avec cet apport.

2. Aide pour les essaims :

Pour aider les essaims à leurs bons développements la pâte protéinée est un bon moyen de faciliter leur croissance.

3. Pour augmenter le nombre d’abeilles pour une miellée particulière :

Il est possible d’apporter une pâte protéinée en prévision d’une miellée. Sachant que cette pâte augmentera de deux ou trois cadres votre couvain. Vous pouvez prévoir cet apport à environ 5 semaines avant la miellée. Par exemple pour la miellée de Lavande qui débute aux environs du 21 juin, vous pouvez réaliser cet apport au 20 mai.

4. Renfort en cas de pénurie :

Au cours de la saison il est possible selon les emplacements et selon la météo que le pollen vienne à manquer. Pour éviter une pénurie qui entraînerait des maladies de couvains et sa diminution.

Les éléments de la pâte protéinée :

Pollen déclassé :

Le pollen déclassé est le résidu du pollen récolté. Il est non commercialisable car trop fin. Il doit comporter différents pollens pour assurer une source de protéines variées.

Sirop de nourrissement :

Il vous faudra du sirop de nourrissement habituel à celui utilisé pour de la stimulation ou provision.

Miel

Utilisez un miel pour donner un peu plus d’appétence à la pâte et enrichir celle-ci en minéraux.

Apitonus

L’Apitonus sera la base de votre préparation, il est essentiellement constitué de levure de bière et renforcé de vitamines B et C. Celle-ci apportera une source de protéines importantes.

Recette de la pâte protéinée pour une dizaine de ruches :

  • 400g pollen déclassé
  • 400g apitonus
  • 250 Ml d’eau
  • Sirop de nourrissement ~ 1 kg

Mélanger le pollen et l’eau pour faire une pâte, puis ajouter l’Apitonus, ce qui donnera une pâte très sèche et dure.

  • Ajouter du sirop et l’eau pour la rendre plus souple
  • Elle ne doit pas couler entre les cadres et ne doit pas être trop friable non plus.
  • Positionner environ 250g par ruche à raison de deux à trois passages étalés chaque semaine

Pâte protéinée prête à l’emploi : BEEPRO

Le BEE PRO en plaque de 450g est une pâte protéinée directement prête à l’emploi, elle

contient, acides aminées, vitamines et minéraux.

Voir livre l’élevage des reines (Gilles Fert)

Matériels d’apiculture conseillé pour le début l’été 2016

Abeille sur de la lavande été 2016Le début de l’été 2016 commence

le 21 juin 2016 et fini le 22 septembre.

Voici la liste des produits apicoles conseillé pour le début de l’été 2016:

 

attentionPensez à mettre un point d’eau proche de vos ruches.

Matériels d’apiculture conseillé pour le printemps – Avril et mai 2015

Nous voila dans le vif du sujet! les abeilles sont maintenant sortit de leur hivernage et sont désormais en pleine activité.

Les essaimage commencent et les premiers rentré de nectar afflux.

Voici la liste des produits conseillé pour le printemps:

5ème Foire de la chèvre et du miel du pays d’Aix

Nous seront présent le

VENDREDI 8 MAI 2015 FUVEAU

Vente directe de produits régionaux animations.
Conférences, expositions, démonstrations culinaires, restauration de 9H30 à 18H, cours victor leydet, Fuveau (centre)

Infos : 04 42 50 49 77 – www.fuveau-tourisme.com

 

L’office de Tourisme de Fuveau, en partenariat avec les Apiculteurs en Provence est heureux de vous accueillir à la 5ème

télécharger l'affiche : 5ème Foire de la chèvre et du miel

9h30 : OUVERTURE DE LA FOIRE

10h : INAUGURATION DE LA FOIRE

avec l’association La Fuvello : danses provençales

10h30 – 12h30 – 15h30 et 17h30 : L’ APIMOBILE

animation autour du travail de la ruche (cours Leydet)

11h – 15h et 17h : TRAVAIL AUTOUR DU MIEL

11h et 16h15 : DEMOS DE FABRICATION DE FROMAGES (sous réserve)

11h30 – 14h30 et 16h45 : DEMONSTRATION CULINAIRE

12h : LA CHEVRE DU ROVE ET LE PASTORALISME

mini conférences par Luc Falcot (Cours Leydet)

16h : « CUNTI CAPRESE OU LES CONTES DE LA CHEVRE »

par Luigi Rignanese de la Compagnie d’A… Tous publics à partir de 4 ans !

Entrée libre. Résa conseillée auprès de l’office de tourisme (La Galerie)

(cours Leydet)

(cours Leydet)

par le Chef Maxime Fiacre (Cours Leydet).

De 9h30 à 17h : LA FERME DU SOLEIL13 de Trets

avec son trio de chèvre, ses animaux de la ferme et ses animations (Cours Leydet)

Imprimez votre carte postale souvenir en 5mn! (Cours Leydet)

(fabrication d’un masque) par Sophie (Cours Leydet)

18h : CLÔTURE DE LA FOIRE avec La Fuvello

DEGUSTATIONS DE MIEL

sur la journée à la Maison des Associations.

De 9h30 à 17h : LE TRIPORTEUR PYF

ACTIVITES MANUELLES pour les enfants

Stand de MAQUILLAGE pour les enfants

par Kitty Make up (Cours Leydet)

ANIMATION MUSICALE

assurée par le groupe orchestre régional ESCAPADO

Nouvelle série de superbe photos apicole: Les butineuses sont de sortie !

Les températures sont clémentes dans le sud du département, les butineuses sont de sortie.

Depuis peu, elles ont envahi les nerpruns alaterne (Rhamnus alternus).

Ce nerprun est très intéressant car il fleurit début mars et offre une belle source de pollen aux abeilles Il annonce déjà une belle floraison de nos garrigues.

 

Cordialement

Eric gabiot

 

Le mois de Mars est lancé, à vos ruches !

image001
C’est le mois où de nombreuses floraisons arrivent et relancent les abeilles. Il faut faire quand même encore attention à ce mois qui peut être surprenant où l’on peut passer d’un beau jour de printemps à un temps d’hiver.

Vous pouvez aussi en fonction de vos ruches réaliser des essaims. (La présence de mâles est primordiale pour cette réalisation.)

 

Les travaux de l’apiculteur

-Visite de printemps

La visite de printemps est très importante pour le bon démarrage de la saison, elle permettra d’évaluer les besoins de la colonie, sa force, si elle peut produire rapidement, son état sanitaire …etc.  Elle consiste à revoir les principales étapes observées au mois de février mais de façon plus complète.

1) Propreté de la ruche :

La ruche dans son ensemble devra être nettoyée. Gratter le dessus des cadres les rebords de la ruche et le fond de la ruche où s’est accumulé les déchets de l’hiver. Ceci permettra d’améliorer l’hygiène intérieure de la ruche et une meilleure visibilité des cadres. En observant du dessus une colonie vous pourrez voir beaucoup de choses. Ex (nombre de cadres occupés, nombre de cadre de provision, nombre de cadre de couvain). Ce qui vous évitera de sortir les cadres systématiquement lors des visites

2) Etat du couvain

Il vous faudra observer votre couvain, le nombre de cadres occupés, si il est bien dense et régulier, et le recentrer au milieu de la ruche si nécessaire. Une ponte trop disséminée indiquera une reine trop âgée.

3) Composition des cadres

Normalement les réserves ont bien diminuée et certains cadres sont vides et prêts à accueillir un nouveau couvain. Dans certains cas il se peut  que les quantités de provisions soient encore importantes voir trop, ce qui ne laissera pas de place au couvain. Pour cela retirez un ou deux cadres. (A renouveler si nécessaire) Garder ces cadres de provisions pour vos ruches faibles ou vos futurs essaims

-Stimulation et protéine

Une stimulation et un apport de pâtes protéinée est bénéfique pour la colonie.

Voir article : comment  réaliser votre pâte protéinée ?

Astuce : Sélectionnez une ruche forte et mettre y incorporer un cadre avec de la cire mâle.(cire gaufrée de dimension de couvain de mâles) Ceci augmentera le nombre de mâles de cette ruche et augmentera la probabilité que ce soit eux qui fécondent vos reines.

N’oubliez pas de noter l’évolution de vos ruches et les apports effectués.

Les floraisons du moisbruyère-blanche

La bruyère blanche ou Erica arborea

La plante

Cette arbuste surnommé aussi bruyère arborescente est très florifère et de couleur blanche. Plante typique du maquis qui peut mesurer jusqu’à 3 mètres de hauteur. Ses fleurs sont blanches et odorantes en forme de clochettes. C’est une plante de sol siliceux. Zone méditerranéenne, Corse et Maghreb.

L’intérêt pour les abeilles

Cette plante possède une floraison intéressante pour les abeilles, son pollen abondant sera un très bon apport de protéines pour le début de printemps. Son pollen est de couleur rosé.

De plus le nectar qu’elle sécrète et très intéressant aussi car c’est une des premières floraisons sur laquelle on peut espérer qu’elle soit assez forte pour pouvoir récolter.

Le miel de bruyère blanche

Le miel de bruyère blanche est très rare car la floraison est fragile puisqu’elle fleurit en début de printemps et peut être sujet à des gels tardifs. Sa fleur est fragile elle ne doit pas recevoir de forte pluie, ni de sécheresse.

Le miel est de couleur marron clair, son parfum est boisé et on retrouve au goût de caramel.

C’est un miel qui cristallise vite dans les cadres donc attention à ne pas trop attendre !

Pour la petite histoire les souches et racines de bruyères blanches sont utilisées pour la fabrication de pipe de grande qualité.

Le romarin ou Rosmarinus officinalisromarin

La plante

Le romarin originaire du bassin méditerranéen, est une plante très commune, elle est très intéressante. C’est un arbuste qui peut mesurer jusqu’à 2 mètres de hauteur, et qui a un feuillage persistant. C’est une plante très résistante qui s’adapte bien et dont la floraison est en grappe de couleur bleu ciel.

 

L’intérêt pour les abeilles

Un nectar abondant est sécrété par le romarin. Si toutes les conditions climatiques sont réunies, la miellée peut être très intéressante en début de saison. C’est un bon moyen de développer des essaims.

Attention : si la miellée vient à être puissante elle aura pour effet de déclencher l’essaimage.

Le miel de romarin

Le miel de romarin est un miel recherché, pour une bonne récolte, on dit qu’il est préférable qu’il fleurisse moins longtemps pour un maximum de nectar. Il est de couleur très clair et limpide et cristallise très fin.

Les floraisons des arbres fruitiers vont également commencer !

Gabiot Eric : L'abeille butine sur la fleur de ciste cotonneux

Félicitations ! Voici les gagnants du concours photo.

Numero 1: Ferraro Sophie

Ferraro sophie : Ma ruche

Numero 2: Peno Christelle

Peno christelle : Photo abeille

Numero 3: Eric gabiot

Gabiot Eric : L'abeille butine sur la fleur de ciste cotonneux

Merci à tous les participants de ce premier concours photo. Nous avons pu voir qu’il existe plein de sortes de partager le monde apicole. C’est avec plaisir que nous avons accueilli vos photos.

Vous avez toutes la saison pour continuer vos prises de vue avant le prochain concours !
Merci pour votre participation et à bientôt pour un prochain concours.

 

Nouvelle série de photos magnifique d’apiculture par Eric Gabiot !

Nouvelle série de photos magnifique de notre ami photographe Eric Gabiot !

Quand les butineuses vont de fleur en fleur, le pollen s’accroche à leurs poils très fins, le plumose (semblable aux plumes) qui recouvrent le corps.

Régulièrement, l’ouvrière enlève le pollen de ses poils en utilisant la brosse à pollen, une structure située sur les pattes arrières.

Puis elle forme des pelotes avec le pollen grâce au pressoir à pollen et les rangent dans la corbeille à pollen pour les ramener à la ruche.

La presse à pollen et la corbeille sont aussi situées sur les pattes arrières.

Le mois de février est le mois qui annonce le début de la saison

Le mois de février

fevrier001Le mois de février est le mois qui annonce le début de la saison. Le redémarrage de la saison commence avec les premières floraisons et les premières hausses de températures. La ponte reprend et les butineuses commencent leurs grands travaux de récolte de nectar et pollen.

Les travaux de l’apiculteur

fevrier002Première Visite

Pour cette première visite de l’année. Il faudra attendre un jour bien ensoleillé et une température convenable pour l’effectuer. Cette visite consistera principalement à estimer la force de la colonie.

  • Nombre de cadres de couvains : à cette période le nombre de cadre doit commencer à augmenter. Si cela n’est pas le cas procédez  à de la stimulation. (Voir en chapitre ci-dessous)
  • Povisions : Il se peut que certaines colonies ai bloqué l’espace par des provisions aient ce moment vous pouvez dégager quelques cadres pour faire de la place
  • Aspect du couvain : Son aspect  est important, il représente l’état de la reine, un couvain peu important ou disséminé est signe d’une reine trop âgée. Il faudra donc prévoir un changement.
  • Visite sanitaire : Vérifiez bien l’état sanitaire de votre ruche (nosémose, loques, mycoses, varroa)
  • Vérifier les provisions! provisions équivaut à la quantité de miel et de pollen!

fevrier003Astuces ! Concernant le varroa désoperculez quelques alvéoles de mâles et observez la larve.

Démarrage de la stimulation:

A cette période la colonie démarre l’activité, reprise de la ponte, butinage. On va pouvoir alors pratiquer de la stimulation sur celle-ci.

La stimulation consiste à apporter des petites quantités de sirop mais répétées. Ce sirop devra être dilué pour avoir une concentration d’eau à 50%. Cela aura pour effet de booster votre colonie et d’augmenter le volume de la ponte rapidement.

Vous pouvez aussi réaliser des pâtes protéinées qui apporteront un apport de protéines et aideront les abeilles à l’élevage.

Frelon asiatique :

Le frelon asiatique s’étend de plus en plus sur notre territoire.fevrier004 Des recherches sont en cours pour trouver un moyen d’éradication sans toucher une autre espèce. C’est au démarrage des beaux jours que les fondatrices sortent et recherchent un lieu pour l’élaboration de leurs nouveaux nids. A cette période il est donc conseillé de mettre en place les pièges dans le but de capturer ces fondatrices.

-Préparer les cadres gaufrés

Le mois de février n’est pas encore un mois très chargé en travaux, profitez-en pour avancer sur la confection de vos cadres cirés (voir vidéo confection cadre ciré)

-Préparer les ruchettes

La ruchette est le premier matériel dont vous aurez besoin en début de saison. Une fois les colonies suffisamment forte et une présence de mâles mûr ; vous pourrez commencer la confection de vos essaims. La ruchette devra alors être prête soit bien propre, désinfectée, peinte et posséder un moyen de fermeture.

Les floraisons du mois

fevrier007Corylus Le noisetier (symbole de sagesse et justice)

La plante

Le noisetier est l’un des premiers arbustes à fleurir en saison,  il peut mesurer jusqu’à 6 mètres de haut. Il est très rustique et préfère les lisières de bois. Son inflorescence ressemble à celle du châtaignier, elle se présente sous forme de chaton. Ses feuilles peuvent être de différentes couleurs en fonction des variétés. Il fleurit de février à mars. Il produit un fruit, la noisette très bonne pour la santé car riche en oméga 3, fer et vitamines E.

L’intérêt pour les abeilles

Cet arbuste est l’un des premiers en floraison de la saison et comme le mimosa il apportera une source en pollen importante. Les chatons sous forme d’épis sont nombreux sur chaque ramification. De couleur jaunâtre ils contiennent du pollen jaune.

L’utilisation et intérêt :

  • On utilise ses branches pour la réalisation de paniers. Il peut être utilisé aussi pour la culture de truffe car il vie en symbiose avec les champignons également ou pour la recherche d’une source.
  • Il peut être utilisé en haie autour de verger pour lutter contre le vent, mais aussi car il abrite des pucerons qui pourront  potentiellement nourrir d’autres auxiliaires aidant les cultures de vergers.
  • De plus c’est un refuge pour de nombreux animaux qui viennent se délecter de son fruit.

L’amandier/Prunus famille des rosacées

fevrier006La plante

C’est un arbre qui peut atteindre 10 mètre de haut. Il est rustique pouvant tenir jusqu’à -20°C, il est  présent en en milieu méditerranéen. Il fleurit tôt en saison même en cas de gelée du matin. Il fleurit abondamment de couleur blanc/rosé spectaculaire.

L’intérêt pour les abeilles

Les abeilles seront heureuses de trouver cette floraison à cette époque, il fleurit abondamment et fournit nectar et pollen. Le démarrage de la saison se fait souvent à son apparition.

Il est suivit la plupart du temps par d’autres fruitiers, prunelliers, abricotiers

L’amandier

Autrefois la Provence etait un grand lieu de production de l’amande. Maintenant la Provence ne produit qu’environ 10% des besoins national. Les productions sont situées, pays du Maghreb, Turquie, Italie, Espagne et le premier producteur est les Etats unis concentré sur la Californie.

La Californie qui a opté pour une monoculture intensive. C’est principalement l’abeille qui assure la pollinisation de l’amandier, ce qui permet un surplus d’environ 40%. Pour assurer cette pollinisation les producteurs font appel à des apiculteurs. Les abeilles subissent de gros dégâts dus aux pesticides. Le renouvellement des colonies est alors assuré par d’autres pays de l’hémisphère sud tel que l’Australie.

(Voir DVD des abeilles et des hommes)

Comment appliquer de l’acide oxalique par dégouttement ?

Acide oxalique 500 gr.L’acide oxalique est un bon moyen de traitement contre le varroa en période hivernale.
En apiculture l’acide oxalique est utilisé pour le traitement de la varroase.

L’efficacité du traitement à l’acide oxalique est estimée à environ 95% en l’absence de couvain. En présence de couvain on estime son efficacité à environ 50%.

Il est donc fortement conseillé de traiter qu’en période sans couvain, ce qui s’étale en fonction de la météo, du mois de décembre au mois de février.

 

Qu’est que L’acide oxalique ?

Le terme oxalis origine grecque signifie oseille, il est présent naturellement dans beaucoup de végétaux et fruits tel que, oseille, persil, framboise, haricot, carottes, agrumes, café lyophilisé.… Il est fabriqué de façon chimique par oxydations successives.

Les résidus dans le miel sont inexistants, il faut savoir que certains miels en contiennent naturellement comme le miel de châtaignier par exemple. Les risques de résidus dans la cire ne sont pas à craindre.

La préparation :

Comme toutes les préparations à base d’acide, il est fortement conseillé de vous équiper d’un masque, de gants, lunette de protection et de seringue. C’est une substance très toxique pour l’homme à forte dose, évitez tout contact pendant la préparation et pendant l’application. Rincez tous les ustensiles apres usage.
Le volume sera à adapter en fonction de vos besoins et à respecter en dosage !

  • Dans une bouteille hermétique verser 1 litre de sirop dilué à proportion de 50% d’eau, le porter jusqu’à environ 30°C.
  • Puis ajoutez 40 Grammes d’acide oxalique pesé avec précision !
  • Mélangez le tout pour une préparation homogène.

Application :

L’application se fera avec une seringue, on appliquera 50ml pour ruche Dadant et 40ml pour une Langstroh. La quantité peut être ajustée en fonction de la force colonie (Nombre de cadres occupés).
Le versement de la préparation devra se faire au centre et entre les cadres où se situe la colonie, donc environ 5ml par ruelle.

Cette application de cette application doit figurer dans votre cahier d’élevage.

Conservation :

Le surplus de la préparation à une température d’environ 5°C est mettre en dehors de portée des enfants, des animaux et des aliments. Etiquetez la bouteille pour éviter les erreurs. Ne verser pas le mélange dans l’évier, les égouts ou nature. Déposez votre mélange en déchetterie avec étiquette.

Vidéo Apiculture : Cadre filé vers cadre gaufré

Dans cette vidéo vous pourrez voir tout le nécessaire pour réaliser vos cadres cirés.

Tout d’abord prévoir :

  • Un cadre filé
  • Le retendre avec une roulette permettant au fils d’être bien tendus
  • Puis placer la cire gaufrée sur vos fils et dans la rainure du cadre.
  • Avec un transformateur nommé soude cire, en faisant contact sur le départ et l’arrivé du fils, cela chauffera le fils et la cire pénétrera alors doucement.

Par la suite pour améliorer la tenue de la cire, surtout en cas de fils posé verticalement vous pourrez faire fondre un liserai de cire dans la partie basse avec une burette prévu à cet effet.

Aethina tumida (Murray) ou petit coléoptère de la ruche

image002Nom latin Aethina tumida (Murray) ou petit coléoptère de la rucheimage001

Ce coléoptère est originaire d’Afrique du Sud de la famille des nutilidae, il est pénètre sur le sol américain en 1996,
puis en Australie en 2002, sa présence se répand peu à peu jusqu’à faire son apparition en Italie fin 2014.

C’est un nuisible classé en catégorie 1 car il provoque d’important dégâts sur les ruches.

Il est capable de rentrer dans la ruche en imitant les phéromones de l’abeille et de se faire accepter.

Description du coléoptère :

  • La larve : A première vue la larve peut ressembler à la larve de la fausse teigne mais quelques différences marquantes sont distinguables. La larve est de couleur blanc crème, mesure environ 1cm. Elle dispose de trois paires de pattes sur la partie antérieure et d’épines dorsales sur chaque dorsale dont deux biens apparentes sur l’arrière.

Epines dorsales 3 paires de pattes

  • La phase adulte : Une fois adulte le coléoptère mesure de 0.5 à 0.7 cm. Petit à petit sa couleur change de brun à noir. Il peut vivre jusqu’à six mois. La forme de ses antennes ressemble à une massue

Son cycle Biologique :

La femelle s'introduit dans la colonie Elle dépose des oeufs Les larves se nourrissent Les larves quittent la ruche Elles s'introduisent dans le sol et s'y développent Eclosion des coléoptères adultes

 

  • La femelle pond des œufs fécondés en grappe à l’intérieur de fissures ou alvéoles et peut pondre jusqu’à 2000 oeufs dans sa vie .
  • Le stade larvaire dure de 10 à 16 jours pendant lequel elles se nourrissent aussi bien de miel, couvain ou pollen.
  • Les larves matures se métamorphosent. La nymphose se déroule dans le sol à au moins 20cm . Le sol doit etre un sol mou humide et à une température de supérieure à 10°C
  • Les adultes émergent après 3 à 4 semaines selon la température.
  • Les adultes peuvent voler jusqu’à 10 km, ils sont très résistants et peuvent survivre des jours sans eau ni nourriture, voir plusieurs mois dans des fruits.
  • Les dégâts dans la ruche et mode de propagation :les larves naissent,transpercent les parois des alvéoles et se nourrissent de leur contenu, détruisant ainsi les cellules contenant le miel et le couvain.Détruites, ces alvéoles s’effondrent. Si l’infestation est importante, c’est la ruche entière qui est ruinée.

attentionConseils : La surveillance des ruchers est primordiale, en cas de suspicion contactez directement le GDSA ou DDPP de votre département.Des pièges à coléoptère sont disponibles à la vente.

Pour éviter la propagation de ce coléoptère, les autorités ont bloqué les frontières, tout mouvement de ruche, essaim, ou reine est interdit.

Vous pouvez vous rendre sur le site de la plateforme ESA ou vous pourrez suivre les actualités concernant cette épidémie.

Comment récolter le pollen ?

Questions du jour !

Comment récolter le pollen ?

Qu’est-ce que le pollen

Pétale, Pistil, Etamine portant le pollen, ovule, sépale

Le pollen constitue l’élément fécondant mâle des végétaux supérieurs. Il se trouve dans la partie appelée anthère de la plante, partie supérieure de la plante. Il est de forme ovoïdes et mesure quelques micromètres.

Sa composition

Il est constitué essentiellement de protéines, d’acides aminés, de vitamines (A, B, C, D, E) et de minéraux. Sa composition varie en fonction de l’origine florale.

 

Eau, Glucides, Lipides, Proteines végétales, Minéraux, Divers, Substances cellulosique

1. Présent dans le miel

Dans les analyses de miel on va trouver l’origine florale grâce à l’analyse de pollen présent dans ce dernier.

2. Transport du pollen

Le pollen peut être transporté de plusieurs façons d’une fleur à une autre. Par le vent c’est ce qu’on appelle la fécondation anémophile, par les insectes fécondation entomophile, ou bien aussi mais non présent en France par les oiseaux, l’eau, chauve-souris,… etc.

3. Palynologie

La palynologie est l’étude scientifique du pollen, elle permet l’identification des espèces végétales.

Son intérêt pour les abeilles

L’abeille récolte le pollen qui a une grande importance dans son fonctionnement. L’apport de cette protéine est indispensable à la colonie. C’est pourquoi dans la recherche d’emplacement il faudra aussi en tenir compte. En cas de pénurie il sera possible de palier à se manque.
attention
Pas de pollen = Pas de ponte

La récolte

la récolte du pollenPour la récolte on utilise des peignes à pollen placés à l’entrée de la ruche. Ces peignes sont très réduits et empêchent les grosses pelotes de pollen de passer. Les pelotes tombent alors dans un tiroir placé en dessous.
Les trappes à pollen sont munies d’un peigne qui réduira le passage et où donc l’abeille laissera tomber la pelote. Et d’un tiroir de récolte situé en dessous du peigne qui accueillera les pelotes de pollens. Deux types de trappe à pollen sont possibles :

 

Trappe d'entrée1. Trappe d’entrée

Positionner une trappe à l’entrée de la ruche, idéale pour une petite récolte, pratique d’utilisation, mais moins efficace.

Trappe de fond2. Trappe de fond

Cette trappe viendra alors remplacer le fond de votre ruche,
et assurera une récolte efficace et propre. Dans les deux cas, vous trouverez sur les côtés
des entrées pour le passage des mâles.

En effet les mâles ne pourront pas passer par le peigne à pollen et resteront bloqués s’il n’y a aucune sortie. Cette entrée devra être changée à chaque récolte.

3. Le stockage

Deux façons d’utiliser votre pollen, frais et sec. La première vous permettra de garder l’ensemble des éléments minéraux du pollen mais devra être conservé au congélateur. En le séchant vous pourrez le conserver en pot mais il devra être consommé dans l’année afin de ne pas perdre ses vertus.

Son utilisation

Le pollenLe pollen correspond à un gros apport en protéines végétales, on estime que 100g de pollen équivaut à 7 œufs. Sa composition lui permet donc d’être un stimulant un rééquilibrateur de votre système digestif. On pourra trouver dans certains pollens des vertus médicinales très particulières comme par exemple celui du ciste conseillé pour la prostate. Les préconisations sont de réaliser plusieurs cures par an à raison d’une cuillère à café par jour.

12 Photos d’apiculture par Eric Gabiot, à voir absolument !

 

Amoureux de la nature, passionné de macrophotographie et d’insectes depuis plus de 35 ans (autodidacte).

La macrophotographie étant le domaine du très petit, cela m’a tout naturellement amené à m’intéresser à l’entomologie et les mœurs des insectes, et dans ce domaine,  les abeilles sont certainement les plus intéressantes,  car les plus élaborées à mon sens .

 

C’est avec enthousiasme donc que je pratique l’apiculture pour étudier et photographier apis.

Ce n’est pas la production de miel qui m’intéresse dans l’apiculture (je suis un des rares apiculteur à ne pas aimer le miel, trop sucré à mon gout, il fait le bonheur de ma famille !)  mais la vie fascinante de cet hyménoptère doté d’une intelligence remarquable.

  • Très sociale l’abeille se laisse assez facilement photographier de très près pourvu que vous ne la dérangiez pas trop pendant qu’elle butine.

Membre de la société des sciences naturelles de Toulon et du Var je fais coïncider mes deux passions : les insectes et la macrophotographie.

Voir aussi : blog –  google +

Concours photos 2015 – Votez pour votre photo favorite !

Le premier concours photo apiculture est maintenant prêt à recevoir vos votes!!

Votez des maintenant les ‪photos de nos photographes amateurs et fasciné par le monde de l’apiculture!

Donnez une note à chaque photos et n’hésitez pas à donner un avis.

 

Le mois de janvier est l’un des mois les plus calmes pour l’apiculteur

Mimosa

Le mois de Janvier

Le mois de janvier est l’un des mois les plus calmes pour l’apiculteur. Les travaux vont être essentiellement de nature bureautique. La préparation du matériel est ne l’oubliez pas importante car la saison arrive très vite !

Les travaux de l’apiculteur

Note : Voir article ma ruches et ses lois

  • Inscription Numagrit ou siret
    Toute possession de ruche nécessite une inscription auprès des services gouvernementaux.
  • Déclaration sur télérucher
    Une simple déclaration annuelle une fois par an pour déclarer vos ruchers et le nombre de ruches. Vous pouvez désormais déclarer vos ruche en ligne !
  • Assurance
    L’assurance vous permettra de vous assurer avec une responsabilité civile mais aussi en cas de vol, incendie ou autre.
  • Abonnement éventuel aux revues spécialisées
    Certaines revues apicoles sont intéressantes et proposent des articles tout le long de l’année enrichissants et complémentaires des ouvrages apicoles. De plus ,certaines revues proposent aussi des assurances pour vos ruches
  • Démarrage du registre élevage
    La tenue du cahier d’élevage est tout d’abord obligatoire chaque année. De plus il vous permettra de mieux comprendre votre schéma de conduite de colonie sur l’année. Pensez-y !!
  • Nourrissement Candi
    Comme pendant toute la période hivernale il faudra surveiller les provisions de vos ruches, et nourrir au candi si nécessaire. Le redoux de janvier entraîne souvent le redémarrage de la ponte mais attention au coup de froid de février !
  • Commande GDSA 83 http://gdsa83.fr/traitements/

Voir les fichiers téléchargeables ci-dessous :

http://gdsa83.fr/

attentionPour chaque département le GDSA sera spécifique
Continuer la préparation du matériel (voir article décembre)

La floraison du mois

Acacia Deabalta/ Mimosa
Le mimosa est un arbre qui peut atteindre jusqu’à 20 mètres de hauteur, originaire d’Australie. C’est un arbre envahissant. Il peut être acclimaté dans plusieurs régions certaines variétés peuvent résister jusqu’à -10°C. La multitude des variétés peut assurer une floraison à l’année, mais la plus grosse floraison s’étale de janvier à mars. Il possède un feuillage persistant et une floraison de couleur jaune très lumineuse et surtout très odorante. Il est beaucoup utilisé dans la parfumerie et a beaucoup contribué à l’essor de la parfumerie de Grasse.

  • Son intérêt pour les abeilles
    Sa floraison est intéressante pour les abeilles car c’est l’une des premières plantes de l’année à apporter en grande quantité du pollen.
    Cela va permettre aux abeilles de relancer la ponte très tôt en saison.
  • L’avantage aussi de cette plante c’est que sur celle-ci elles peuvent également prélever du nectar.
  • Son intérêt écologique

Le CFPPA de Hyères et l’Observatoire Français d’Apidologie

Programme de formation d’apiculteurs-Apidologues :

Élevage de  reines et d’essaims.

Techniques sanitaire, pathologies des abeilles.

Le CFPPA de Hyères et l’Observatoire Français d’Apidologie organisent dès mars 2015 une formation certifiante inscrit comme :

observatoire-cfppa-83TITRE RNCP (1) APICULTEUR – ELEVEUR – APIDOLOGUE.

Cette formation sur 560 heures s’effectue au sein de la Ferme Apicole Expérimentale de la Sainte Baume, située à Mazauges dans le Var et chez les meilleures fermes d’élevage de la région PACA, spécialisées dans les pratiques de sélection, d’élevage de reines et d’essaims et de production de gelée royale.

Des formateurs spécialisés, des experts apicoles et des scientifiques, interviennent en alternance avec des mises en pratiques dirigés organisées au sein des exploitations apicoles de premier plan.

Cette formation sera réservée à une douzaine d’élèves-stagiaires et leur apportera les compétences complémentaires au diplôme de niveau IV, BPREA (2).

Cette formation complémentaire formera au métier d’Apiculteur-Apidologue.

L’apidologie n’étant pas suffisamment abordé dans les cursus traditionnels, cet enseignement portera principalement sur les techniques de gestion de cheptel, de reproduction d’essaims ainsi que sur la sélection et l’élevage de reines.

Sans oublier l’étude du comportement des abeilles et de ses différentes pathologies.

Les élèves participeront activement à une saison complète de reproduction d’essaims et de reines, en vue d’un programme de repeuplement d’abeilles qui

sera conduit, en 2015, par l’Observatoire Français d’Apidologie et par la Ferme Apicole Expérimentale de la Sainte Baume.

Les différents modules porteront sur :

  • Etude de l’anatomie de l’abeille
  • Etude de l’appareil reproducteur
  • Etude de la génétique
  • Usage de souches issues de son exploitation
  • Création d’un atelier d’élevage de reines et de mâles
  • Pratiques d’insémination artificielle
  • Techniques de production en micro-colonies
  • Techniques de production de gelée royale
  • Techniques sanitaires
  • Etudes des différentes pathologies de l’abeille
  • Etudes du comportement des abeilles
  • Conduite d’un cheptel de production d’essaims

Document complémentaire :

Télcharger le fichier pdf : Le CFPPA de Hyères et l’Observatoire Français d’Apidologie

(1) Répertoire National de la Certification Professionnelle

(2) Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole

Les travaux de l’apiculteur le mois de décembre

Le mois de décembre est un mois où le travail de l’apiculteur va se faire en dehors du rucher.
En effet c’est à cette période que l’on va pouvoir préparer la saison prochaine.

Les travaux de l’apiculteur :

De temps en temps, vous devez surveiller le poids de vos ruches, et si nécessaire ajouter un pain de candi.

Nettoyage du matérieldécembre apiculture

Les ruches accueillent des milliers d’abeilles chaque saison. Au fil des saisons, vous constaterez l’accumulation de propolis et de saleté dans vos ruches. Pour des raisons d’hygiène, il va falloir nettoyer cela. Avec votre lève-cadre et une brosse métallique, nettoyez le plus gros. Munissez-vous ensuite, d’un chalumeau pour faire fondre la propolis et la cire. Vous pouvez aussi brosser avec de la javel ou de la soude vos éléments pour les désinfecter.

Les outils de l’apiculteur doivent être eux aussi nettoyés.

Nettoyez votre lève-cadre à la javel ainsi que le bout de votre enfumoir. Dégraissez votre enfumoir de sa calamine avec le chalumeau et passez votre combinaison au lave-linge pour éliminer les odeurs de venin.

Préparez le matériel

Peinture des ruches

C’est pendant les mois d’hiver que l’on va en profiter pour réparer ou entretenir le matériel. Les ruches sont exposées aux intempéries, à la chaleur de la colonie, aux attaques de prédateurs (teignes, blaireau, sangliers, fourmis…) C’est pourquoi, il faut de temps en temps redonner un coup de jeune à tout cela.

Préparation des cadres

Pendant cette période, vous pouvez aussi commencer à préparer vos cadres. Remettez-les en état, filez, nettoyez ou tout simplement commencez à cirer.

On pourrait penser que la saison est encore loin mais le temps passe très vite. Concernant le stockage des cadres cirés, vous pouvez simplement les placer dans des corps vides ou sur des supports cadres.

De futurs emplacements

C’est à cette période que l’on peut chercher de nouveaux emplacements. Pour plusieurs raisons, améliorer la durée de floraison, pour chercher une floraison particulière, ou pour avoir une floraison à une période creuse de l’endroit initial.

Organisez la saison à venir

On peut déjà se pencher vers la saison prochaine en termes de choix sur les attentes du cheptel.

  • Quelles transhumances ?
  • Quelle transhumance peut être réalisée cette année ?
  • Avec quelles ruches ?
  • A quelle date ?

*Se déterminer un objectif

Faire un point sur le nombre de ruches hiverné et faire un plan sur le nombre d’essaims à réaliser, réaliser un calendrier de floraison intéressante etc…

Déterminer les ruches productions et les ruches à essaims
Analysez son cahier d’élevage de l’année

  • Ages des reines
  • Traitements Varroa
  • Moyenne de production
  • Date de transhumance

Une petite analyse quel que soit la taille de l’exploitation est toujours importante pour comprendre ce qui à fonctionner et au contraire ce qui est à améliorer.

La floraison du mois

Le laurier tin

Le laurier tin (Viburnum tinus)

  1. Le laurier tin, est un arbuste typique de la région méditerranéenne pouvant atteindre jusqu’à 3 mètres de hauteur. C’est un arbuste persistant à feuillage vert, ses fleurs sont petites, blanches et positionnées en grappes. La floraison parfumée peut durer longtemps de décembre à mars en général.
  2. Son intérêt pour les abeilles
    Il sécrète un nectar attractif pour les abeilles tout au long de sa floraison qui peut s’étaler plusieurs mois. (Décembre à mars)
  3. Son rôle écologique
    Le laurier tin possède des feuilles domatiées qui ont la particularité d’abriter des acariens phytoseides connus pour être de redoutables prédateurs aux acariens de vergers. De plus il sécrète du nectar pendant une période creuse pour les floraisons.

Comment choisir l’emplacement de sa ruche ?

La recherche de l’emplacement doit être réfléchi et préparée.
Il s’agit d’une étape importante.

L’environnement :

Comment choisir son emplacement

Il va falloir étudier votre environnement, c’est-à-dire évaluer dans un rayon d’environ 3 Km les floraisons intéressantes disponibles pour les abeilles. C’est à dire des plantes mellifères sécrétant du nectar. Vous pouvez trouver des informations sur ces plantes dans des ouvrages spécialisés. Ensuite il va falloir analyser la durée de floraison de l’ensemble de ces plantes sur l’année. A partir de ce moment-là vous pourrez alors déterminer si l’emplacement est intéressant pour vos abeilles.

L’exposition :

Une fois la zone trouvée, vous pouvez déterminer l’emplacement des ruches. Trois facteurs sont importants pour déterminer l’emplacement du rucher :

  • Un endroit où le passage y est peu fréquent
  • Un endroit où l’ensoleillement est maximum
  • Un endroit où le vent dominant est réduit

attention Certaines règles sont à respecter concernant la loi d’implantation d’une ruche. Voir article ma ruche et ses lois
Il faut bien se rappeler que les abeilles craignent peu le froid mais peuvent difficilement lutter contre le vent et l’humidité.

Le support :

Ensuite il faudra positionner la ruche sur un support adéquat. Le support devra être suffisamment solide pour supporter le poids de la ruche et suffisamment aéré pour permettre une bonne ventilation de vos fonds de ruches.

Durée de floraison :

Si la durée de floraison est suffisante pour la durée totale de l’année, cela sera parfait. Cependant ces conditions-là sont peu courantes. . Il subsiste toutefois

d’autres solutions pour palier à ce problème :

Premier choix, pendant une carence de floraison vous pourrez nourrir votre colonie afin qu’elle ne soit pas privée de nourriture avec une forte population. Nourriture liquide sous forme de sirop.
Deuxième choix, vous avez la possibilité de déplacer la ruche sur un autre emplacement où la floraison sera présente à ce moment précis.
Cela s’appelle la transhumance, pratique couramment utilisée par les apiculteurs professionnels.